Accueil / Actualité immobilière / Immobilier : les impacts potentiels d’une deuxième vague

Immobilier : les impacts potentiels d’une deuxième vague

L’été 2020 passera à l’histoire chez DuProprio pour avoir été le plus occupé en termes de vente, d’inscriptions et d’achalandage Web. Maintenant que cette période faste est derrière nous et que les retards causés par le confinement ont été rattrapés, la question est sur toutes les lèvres : quel sera l'impact d'une deuxième vague de COVID-19 sur l’immobilier?

D’abord, faisons un petit retour en arrière. Les décisions qui ont affecté l’immobilier lors de la première vague, ce printemps, sont le confinement et la recommandation du gouvernement du Québec de ne pas tenir de visites de maison pendant cette période. Dans cette optique, le risque de revoir le marché immobilier ralentir de façon abrupte semble très faible. Voici pourquoi.

Éviter un confinement généralisé

Actuellement, le premier ministre Legault répète qu’il ne souhaite pas confiner l’ensemble de la population à nouveau. Dans le système d’alertes régionales, le quatrième et dernier palier (rouge) prévoit de « cesser les activités non essentielles pour lesquelles le risque ne peut pas être contrôlé suffisamment, en évitant autant que possible un confinement généralisé »1.

« Puisque l’immobilier a été parmi les dernières activités ciblées par des restrictions et parmi les premières à en être libérées, ce serait surprenant qu’une deuxième vague déclenche des mesures aussi importantes qu’au printemps, d’autant plus pour l’ensemble de la province », affirme Martin Desfossés, coach en immobilier chez DuProprio.

Se loger demeure un besoin essentiel

Comme nous l’avons constaté cet été, même un confinement de près de 2 mois n’a pas empêché les acheteurs qui avaient besoin de se reloger de prendre le marché d’assaut à la reprise, déclenchant une avalanche de transactions dans les mois suivants et créant de la surenchère dans plus de 11 %2 des cas.

« Les acheteurs n’ont jamais vraiment arrêté leurs recherches et ne les arrêteront pas non plus en cas de deuxième vague. Avec les annonces en ligne, les photos et les visites virtuelles 3D disponibles sur DuProprio.com, ils poursuivent leurs démarches à distance, explique le coach en immobilier. De leur côté, les vendeurs n’ont aucune raison d’attendre pour mettre en vente. »

L’activité se poursuit en septembre

Enfin, la rentrée des classes et les risques d’éclosion qui lui étaient associés ne semblent pas avoir ralenti le marché immobilier. « Les mises en vente sont toujours en hausse comparativement à septembre 2019, même chose pour le trafic sur notre site et pour les demandes d’assistance à nos notaires », révèle Martin Desfossés.

Comme en juin et juillet, pendant lesquels une hausse de 48 %3 du nombre de propriétés déclarées vendues sur DuProprio.com a été enregistrée, comparativement à la même période l’an dernier, l’activité du moment devrait se transformer en ventes dans les prochaines semaines.

COVID-19 : Visiter une propriété dans les règles de l’art

1. Extrait tiré du document Système d’alertes régionales et d’intervention graduelle à 4 paliers, publié par le gouvernement du Québec. 2. DuProprio, du 1er mai au 31 juillet 2020. 3. DuProprio, di 1er juin au 31 juillet 2020, comparativement à la même période en 2019.