DuProprio, c’est la meilleure visibilité et l’accompagnement de toute une équipe pour vendre votre propriété et économiser des milliers de dollars! En savoir plus
Les sites de notre réseau :
DuProprio, c’est la meilleure visibilité et l’accompagnement de toute une équipe pour vendre votre propriété et économiser des milliers de dollars! En savoir plus
DuProprio, c’est la meilleure visibilité et l’accompagnement de toute une équipe pour vendre votre propriété et économiser des milliers de dollars!
Sélectionnez votre province*
qc
fr
*En Colombie-Britannique, en Saskatchewan et au Québec, les services sont offerts par le biais d’un modèle « à vendre par le propriétaire ». En Alberta, Ontario et au Manitoba, les services sont offerts par ComFree Commonsense Network, une agence de courtage dûment enregistrée dans chacune de ces trois provinces en vertu des lois sur le courtage applicables. En savoir plus.

Comment fixer votre prix de vente

Choisir le bon prix est crucial pour le succès de la vente de votre propriété et il influera sur le délai requis pour y parvenir.

La règle d’or : faites preuve d’objectivité

Le vendeur doit se détacher de ses émotions et demeurer le plus rationnel possible. Cet exercice est difficile à faire parce qu’une propriété évoque une foule de sentiments. Un truc: changez de rôle. Imaginez-vous à la place de l’acheteur et soyez critique.

Trois points essentiels sont à considérer:

  • A - Les conditions du marché
  • B - Vos contraintes de temps
  • C - La limite inférieure du prix de vente acceptable

A - Les conditions du marché

Comparables

La loi de l’offre et de la demande s’applique : votre propriété vaut ce que les acheteurs sont prêts à payer pour l’acquérir. Pour avoir une idée de ce prix, nous vous proposons de consulter ce qu’on appelle dans le jargon du métier les « comparables ». Les comparables sont des propriétés semblables à la vôtre, vendues récemment dans votre quartier.

Les évaluateurs agréés consultent eux aussi les comparables pour évaluer la valeur marchande des propriétés. Vous pouvez faire appel à eux pour obtenir un rapport qui vous permettra de valider votre prix de vente.

Une fois que vous avez cette information, vous devez faire preuve d’objectivité pour déterminer le bon prix de vente. Identifiez les points similaires ou différents, tels la localisation, la surface habitable, le nombre de chambres à coucher, de salles de bain, l’année de construction, le parement extérieur, la grandeur du terrain, la présence d’un garage, d’une piscine, d’un foyer, les rénovations effectuées, etc.

Si dans la dernière année, les propriétés avoisinantes semblables à la vôtre, se sont vendues entre 210 000 $ et 220 000 $, vous devriez vous attendre à vendre votre propriété dans cette fourchette de prix. L’autre facteur à considérer dans l’estimation du prix est le délai de vente que vous envisagez.

Propriétés à vendre similaires à la vôtre

Il est possible de baser votre prix de vente sur les prix demandés pour des propriétés similaires en vente dans votre secteur. Notez par contre que, dans la majorité des cas, la différence entre le prix demandé et le prix vendu est ramené à la baisse. Il est donc préférable que vous vous en teniez au prix que les acheteurs sont prêts à payer et non à ce que les autres vendeurs comptent recevoir pour leur propriété.

D’autres sources d’information sont aussi accessibles :

  • www.schl.ca - La SCHL présente des rapports sur le marché de la revente appelés « Actualités Habitation » pour les secteurs de Montréal, Québec, Gatineau, Saguenay, Sherbrooke et Trois-Rivières.
  • Vous pouvez également consulter le www.registrefoncier.gouv.qc.ca qui compile les prix de vente de centaines de propriétés vendues au Québec.

B - Vos contraintes de temps

Il vous faut aussi tenir compte du temps dont vous disposez pour conclure la vente. Si vous devez vendre rapidement, le bon prix se situera plus près de 210 000 $ que de 220 000 $. Par contre, si le facteur temps est secondaire et qu’un prix supérieur est justifié, attendre d’obtenir votre prix devient la bonne décision. Il suffit de déterminer votre « zone de confort ». À titre d’exemple, 215 000 $ pourrait être le bon prix pour vous, si tous les facteurs en considération sont réunis.

Mise en garde : Pour des raisons émotives, nous avons souvent tendance à surestimer la valeur de notre propriété. Demander trop cher au départ peut avoir pour effet de retarder la vente. Votre propriété risque ainsi d’acquérir la réputation de « maison à problème », et les acheteurs croiront à tort qu’elle ne se vend pas pour un motif valable et ils l’éviteront. Gardez en tête qu’il peut être difficile de se défaire d’une fausse perception comme celle-là, et ce, même en diminuant encore le prix de vente. Comme on dit, « le mal est fait ».

C - La limite inférieure du prix de vente acceptable

Une fois que vous avez déterminé le prix de vente, vous devez déterminer si le montant qu’il vous restera après avoir payé tous les frais vous semble acceptable. Ces frais varient d’une transaction à l’autre et comprennent normalement:

  • L’hypothèque. Vérifiez les conditions de votre prêteur.
  • Les frais de notaire. Contactez un notaire pour connaître les frais à débourser.
  • Les frais de publicité (les frais liés à la mise en marché de votre maison).

Si après avoir fait l’exercice, vous trouvez que le montant qu’il vous reste est inacceptable, vous n’êtes pas obligé de vendre tout de suite, il est préférable d’attendre jusqu’à ce que les conditions du marché soient en votre faveur. Les marchés sont cycliques. Un marché d’acheteurs succède à un marché de vendeurs et ainsi de suite.

À propos de la marge de négociation

Selon les données obtenues à la suite de la vente des clients de DuProprio, il s’avère que l’écart moyen entre le prix demandé et le prix de vente est d’environ 3 %. Il semblerait donc que plus la propriété est affichée à sa juste valeur marchande moins l’écart entre le prix demandé et le prix de vente sera important.

À lire sur le sujet

All