Accueil / Tout sur l'achat / Achat de maison : Quatre raccourcis à éviter
Divan et logo Desjardins Divan et logo Desjardins

Achat de maison : Quatre raccourcis à éviter

Présenté par Desjardins

Excitation et inquiétude : ces sentiments opposés habitent souvent les acheteurs. Pour boucler ce projet d’achat avec succès, certaines actions sont le gage de prudence et aident à prévenir certaines conséquences financières.

En effet, même si la fébrilité est au rendez-vous, vous gagnez à inclure dans votre démarche ces trois volets : l’inspection, la garantie légale et le certificat de localisation. Et n’oubliez pas de vérifier votre capacité de paiement avant de vous lancer !

1. Inspection de la maison

Il est primordial de vous assurer que la propriété convoitée est en bon état. Les courts délais de réaction incitent parfois les acheteurs à négliger l’inspection préachat. Cela pourrait entraîner de fâcheuses conséquences financières et personnelles. Vous devriez donc prévoir l’inspection comme condition d’achat dans l’offre que vous déposerez au vendeur.

Un inspecteur en bâtiment ou un professionnel reconnu vous remettra un rapport détaillé qui décrit l’état de la propriété et vous éclairera en vue de décisions importantes à prendre. Ce rapport pourrait devenir un important levier de négociation, d’achat ou même d’abandon de vos démarches. Il vous informera également de potentiels travaux à entreprendre si vous allez de l’avant avec l’achat.

L’inspection préachat est fortement recommandée à l’acheteur, et vous en prévaloir est aussi une façon d’éviter les conséquences liées à certains raccourcis. Imaginez acheter une maison sans avoir allumé toutes les lumières de toutes les pièces. C’est un peu ça, omettre l’inspection.

2. Garantie légale

Autre étape primordiale : s’informer à propos de la garantie légale. Celle-ci comprend à la fois la garantie du droit de propriété et la garantie de qualité.

La garantie du droit de propriété concerne les vices de titre de propriété. Elle protège l’acheteur contre les vices de titre qui pourraient le priver de son droit de propriété ou affecter ses droits en tant que propriétaire. Il est fortement recommandé d’éviter de renoncer à cette garantie.

Un vendeur peut exceptionnellement décider de ne pas garantir la qualité de sa propriété. Si tel est le cas, cette mention doit être clairement inscrite dans la promesse d’achat. On parle alors d’une vente sans garantie légale de qualité, aux risques et périls de l’acheteur. L’acheteur accepte donc de faire l’acquisition de la propriété dans l’état où elle se trouve, avec des recours très limités contre le vendeur en cas de vices cachés.

Il vaut toujours mieux prévenir que guérir, au risque de passer votre chemin devant une offre d’apparence alléchante, mais sans garantie légale.

Garantie de maison neuve

Pour une nouvelle propriété, assurez-vous d’avoir la preuve que le constructeur se porte garant de la qualité de la construction.

Aussi, veillez à ce que le constructeur soit certifié par la Régie du bâtiment du Québec au Québec ou par l’Office de réglementation de la construction de logements en Ontario. Vérifiez s’il offre un programme de garantie sur les maisons neuves et visitez des résidences qu’il a construites.

3. Certificat de localisation

Réalisé par un arpenteur-géomètre, ce document professionnel démontre l’état actuel de la propriété à financer (terrain, bâtiment, stationnement, dépendances, etc.). Ce document donne également de l’information à propos des titres et du cadastre, ainsi que sur les lois et les règlements qui peuvent s’appliquer à la propriété. Par exemple, un changement apporté au bâtiment, au terrain, au stationnement ou aux propriétés voisines devrait normalement être visible grâce à un certificat de localisation récent. S’il n’est pas à jour, le certificat pourrait ne pas démontrer tout changement qui pourrait compromettre la conformité de l’immeuble acheté.

Le professionnel y mettra la description actualisée du terrain, comme la superficie totale. Il sera aussi indiqué si l’ajout d’un cabanon empiète sur une servitude ou un droit de passage d’un réseau public, notamment. Y seront notées également les contraintes associées à une zone agricole ou inondable, par exemple. Les empiétements, comme la construction d’un voisin directement sur votre terrain, et la conformité à diverses réglementations municipales et gouvernementales s’y retrouvent aussi.

4. Calculateur hypothécaire : pour bien démarrer !

Au départ de cette belle aventure, profitez de cet outil pour calculer combien vous pouvez payer pour votre prochaine propriété. En quelques minutes, vous obtiendrez une estimation de votre capacité d’emprunt. Il s’agit d’une étape primordiale pour visualiser votre marge de manœuvre, tout en maintenant votre qualité de vie. Ne la sautez pas !

Ma première maison

Les membres Desjardins peuvent utiliser l’outil Ma première maison sur AccèsD. Vous y trouverez un simulateur qui permet de calculer la capacité réaliste et maximale d’emprunt pour acquérir une propriété. Il est aussi possible d’obtenir une préautorisation hypothécaire.

Pour un accompagnement personnalisé correspondant à votre situation, communiquez avec votre conseiller Desjardins.

Ce contenu partenaire est une présentation de Desjardins.